Mithra inaugure une école au Burkina Faso

Enjeux

Dans la société gourmantchée, encore très machiste, la femme occupe le plus souvent une place clairement définie, limitée à la reproduction de la famille et aux travaux ménagers. Les familles sont peu enclines à envoyer leurs filles à l’école, ce qui les priverait de main d’oeuvre pour les tâches quotidiennes.

L’expérience sur le terrain d’Iles de Paix démontre pourtant qu’il existe un lien direct entre niveau d’éducation et niveau de vie. En effet, outre les nouvelles perspectives professionnelles qu’offre l’accès à l’éducation, on observe qu’un niveau de vie plus élevé génère une plus grande maîtrise des taux de natalité. Dans un pays où la moyenne d’enfants par femme est de 7,2, l’impact est sans équivoque.

L’accès inégal à l’éducation selon le sexe persiste malgré une politique de discrimination positive menée par les autorités gouvernementales en faveur des filles.

Si 15,9% d’hommes ont achevé leur niveau primaire, seul 1,6% des femmes ont atteint ce même niveau.

Selon une étude menée en 2009 :

  • Le taux de scolarisation au primaire est de 41,8% pour les garçons et 34,4% pour les filles
  • Le taux de scolarisation au secondaire est de 8,3% pour les garçons et 5,6% pour les filles
  • Le taux d’alphabétisation es de 20,6% pour les garçons et 12,2% pour les femmes

Il est également à noter que l’accès à l’éducation secondaire est très bas dans la région de Diapangou où intervient Iles de Paix, bien en dessous de la moyenne nationale, puisque moins d’un enfant sur cinq fréquente l’enseignement secondaire.

Le projet

La construction du collège de Louargou permettra de faciliter l’accès à la scolarisation pour les enfants habitant au nord de la commune et en particulier des filles, car l’éloignement constitue pour elles un frein encore plus important que pour les garçons.

À la longueur des trajets et aux coûts engendrés par un hébergement nécessaire en dehors du cercle familial, s’ajoute en effet la crainte de voir les jeunes filles mal surveillées « tomber enceintes ». Les parents répugnent à leur permettre de s’éloigner du cercle familial.

Le collège de Louargou devrait lever plusieurs obstacles à la poursuite des études au niveau secondaire pour les jeunes filles en répondant aux besoins des familles demandeuses.

La population du nouveau collège devrait comporter environ 38% de filles. Six écoles primaires sont situées dans la zone d’influence du collège et accueillent actuellement près de 800 élèves.

Le nouveau collège devrait également permettre de désengorger les autres lycées environnants où l’on observe une moyenne de 92 élèves par classe contre une norme nationale de 60 élèves par classe. Ceci augmentant la qualité de l’enseignement.

Enfin, la création de ce lycée permettra de consolider et de renforcer les acquis engrangés au niveau de la scolarisation primaire.

Outre la construction du collège, il est prévu de soutenir la mise en place de l’association des parents d’élèves ainsi que de mener ponctuellement des actions de sensibilisation à l’importance de la scolarisation, en particulier chez les filles.